Le contenu de ce blog est le reflet de mon cheminement dans la pratique de la pédagogie Montessori et n'engage que moi.
Il ne saurait se substituer à une formation de qualité.
Toutes les photos et les textes sont ma propriété. Nul n'est autorisé à les utiliser sans mon autorisation expresse.

jeudi 9 février 2017

L'apport de Danièle Dumont au cursus Montessori en écriture.

Depuis le temps que cet article cogite dans ma tête et que j'ai promis que j'allais l'écrire, le voilà enfin!



Lors de ma formation, le cursus d'apprentissage de l'écriture nous a été présenté sous le nom de calligraphie. Un premier point sur lequel j'aurai l'occasion de revenir.
Pour faire simple, l'acquisition de l'écriture passe par une longue phase de préparation de l'œil et de la main grâce aux activités de vie pratique et sensorielle (j'avais détaillé cela dans un long article du précédent blog qui a disparu, je vais voir si je peux remettre la main dessus).
Ensuite, quand la main est prête, on présente les lettres rugueuses à l'enfant. Quand il les a bien touchées, il s'exerce à écrire les lettres sur de grandes ardoises dont les lignes se resserrent progressivement puis sur du papier dont la réglure diminue régulièrement elle aussi jusqu'à atteindre la réglure Sieyès normalisée.
Pour passer des lettres isolées aux mots, il suffit "de montrer comment attacher les lettres" dixit ma formatrice de l'époque.

Bref, tout cela me semblait simple, logique et Mara Montessori parlait tellement de la beauté de l'écriture des enfants dans ses livres que je ne doutais pas un seul instant que nos élèves écriraient sans difficulté.

Lorsque Clémence arriva dans cet apprentissage, elle était très jeune, avait toujours montré peu de patience pour les activités graphiques, notamment le coloriage. Bref, un profil d'enfant rapide qui est souvent en froid avec sa main qui ne mature pas aussi vite que son cerveau... Je ne tirai donc pas de conclusions hâtives de sa difficulté.

les débuts de Clémence dans l'écriture, pas très convaincants...


Mais lorsque nous eûmes le recul de 3 ans d'école, Aude et moi dûmes nous rendre à l'évidence: ou bien nous avions loupé quelque chose d'important, ou bien la méthode laissait à désirer.

Par chance, à ce moment-là, je commençais à découvrir les cahiers de Danièle Dumont et j'avais entendu grand bien du livre de cette grapho-thérapeute: Le geste d'écriture.



Je l'ai acheté à l'époque et il nous a bien servi. Quand j'ai voulu écrire cet article, j'ai cherché le livre et je ne l'ai pas trouvé dans ma bibliothèque. Je l'ai donc racheté et il s'agit déjà de la 3ème ré-édition de ce livre que l'auteur remanie régulièrement à la lumière des expérimentations menées dans des classes. Cette 3ème édition est d'ailleurs plus aérée et plus documentée des photographies et schémas, ce qui la rend encore plus agréable à lire.

La lecture de Danièle Dumont a été une révélation et a confirmé plusieurs points faibles que je commençais à soupçonner dans la progression qui m'avait été transmise.

dimanche 15 janvier 2017

Cartes d'activités


Choisir une activité n'est pas toujours aisé

Une lectrice du blog m'a récemment contactée pour savoir si je pouvais partager les cartes d'activités que j'avais utilisées avec Clémence d'abord puis ponctuellement avec certains enfants de l'atelier en 2010-2011.
Quand j'ai commencé à créer ces cartes, c'était dans le cadre d'un contrat, préconisé alors par l'un de mes formatrices. Comme je vous l'indiquais dans mon billet, "10 conseils pour bien démarrer Montessori à la maison", nous avons bien vite vu les limites et les inconvénients graves de cette manière de procéder.

Néanmoins, avoir un système de cartes peut parfois s'avérer utile, surtout à la maison.

mardi 10 janvier 2017

Bonne année 2017: des nouveautés en vue!



Ça y est, 2016 est terminée et voilà 2017 !
Je vous souhaite à tous une très belle année. Qu'elle soit pour vous l'occasion de découvertes, de joie, de cheminement vers vos objectifs, de partages.

J'espère bien vous accompagner toujours plus au long de cette année.
Pour commencer, je vous annonce la création d'une page Facebook: Ressources Montessori.





Elle est  dédiée aux 2 blogs Montessori: celui-ci consacré aux 3-6 ans et le blog Montessori avec les 6-12 ans.
La page annoncera bien sûr les nouvelles mises en ligne mais vous y trouverez surtout des liens vers des sites, des articles, des causes que j'apprécie et pour lesquels je n'ai pas le temps de faire un article. Des liens montessoriens, bien sûrs, mais aussi sur la bienveillance, la non-violence, les neurosciences qui sont indispensables à qui veut cheminer en Montessori.

Sur le blog 6-12, vous trouverez un article de zoologie et la possibilité de gagner un fichier pour fabriquer des cartes d'animaux utilisables aussi en 3-6 ans. Je prendrai le temps de détailler la zoologie en 3-6 ans et de parler de l'utilisation de ces cartes, mais d'abord, je veux m'atteler à cet article que je me suis promis d'écrire sur l'écriture en Montessori avec Danièle Dumont et qui me trotte toujours dans la tête.

A très bientôt!

mardi 1 novembre 2016

Le Manuel Pratique de la méthode Montessori: une édition historique

Vous avez peut-être vu dernièrement qu'un inédit de Maria Montessori allait sortir aux éditions Desclée de Brouwer, l'éditeur historique de Maria Montessori. J'ai pré-commandé le livre et je l'ai reçu ce week-end. Je n'en ai fait qu'une bouchée et vous livre ici mon compte-endu de lecture.

Un nouveau livre de Maria Montessori?

Il s'agit en fait de la traduction par Charlotte Poussin d'un manuel pratique en espagnol dont la première édition remonte à 1914 (soit seulement 7 ans après l'ouverture de la 1ère Casa dei bambini à Rome) et la seconde en 1939. L'édition française reposant sur la version de 1939, soit après la publication de la Pédagogie scientifique et de l'Enfant (ouvrages auxquels elle se réfère et renvoie son lecteur) et dans un contexte où la Paix devient une donnée de plus en plus importante dans son œuvre.

Ce qu'il a de différent par rapport à ses autres ouvrages, c'est que c'est le seul que je connaisse qui se présente ouvertement comme un manuel pratique.

Charlotte Poussin en présente la traduction afin que chacun puisse confronter cet ouvrage à la lecture très abordable (beaucoup plus que la Pédagogie scientifique ou l'Esprit Absorbant) à la multitude d'ouvrages qui fleurissent sur la méthode en ce moment.

Enfin un guide de la méthode?

Eh bien non! Maria Montessori a toujours fait en sorte que sa méthode se transmette par le contact direct. Même quand elle écrit un ouvrage qui s'appelle spécifiquement "manuel pratique", inconsciemment ou non, on obtient un livre dans lequel le côté pratique tient bien peu de place, finalement. On serait bien embêtés de devoir se former uniquement avec ce livre...

Lorsqu'on lit les passages dans lesquels elle détaille l'utilisation du matériel, nous sommes à la fois intéressés et déboussolés: car c'est une édition historique. Or, comme je le disais dans mon précédent article, la méthode n'a cessé d'évoluer. Certains exercices de vie pratique on changé, le matériel sensoriel a évolué (beaucoup de matériel ne figure pas dans ce livre, comme les triangles constructeurs - dernier matériel à avoir été introduit, mais également le binôme et le trinôme, et même les cylindres colorés!).

Charlotte Poussin a pris le parti de laisser l'ouvrage dans son état exact sans même retoucher certaines dénominations qui ont évolué, mais en ajoutant des notes pour faire le pont avec les pratiques actuelles.

Quel intérêt, alors?

Plusieurs!

D'abord, pour les montessoriens, le livre présente l'intérêt d'un document historique. La comparaison entre la pratique de son époque et la nôtre nous amène à réfléchir sur ce que nous faisons, sur l'essence des activités. De plus, ce livre avait été illustré par des photographies choisies par Maria Montessori elle-même. Charlotte Poussin illustre le corps du livre avec des photos similaires prises dans une école actuelle. Dans une annexe, elle montre en vis-à-vis les photos originales et les photos qu'elle a choisies.



Le deuxième point d'intérêt, c'est que Maria Montessori ne peut s'empêcher dans ce "manuel pratique" de nous donner un tas d'indications générale sur la philosophie de sa méthode, sur l'enfant, la classe...



On y retrouve des choses que l'on connaît déjà, parfois même des phrases qu'on a déjà lues ailleurs, mais pas seulement. Cet ouvrage est une sorte d'abrégé extrêmement bien fait, un condensé des éléments les plus importants de sa pédagogie.

L'ouvrage commence par une partie appelée "remarques préliminaires" de 35 pages qui sont une belle piqûre de rappel. On trouve dans cette partie des remarques intéressantes autour du silence.
La partie sur la vie pratique vaut surtout par sa conclusions. On y trouve une comparaison bien vue entre les "travaux manuels" de l'école traditionnelle et la vie pratique. Elle constate déjà ce qui m'avait frappé aussi dans les écoles maternelles où des activités aux résultats très impressionnants sont parfois proposés mais "pour les réaliser, le petit a constamment besoin d'aide et de conseils de la part de l'adulte.". J'adore la remarque suit: "Il serait vraiment nécessaire que les éducateurs se mettent à observer l'enfant directement au lieu de se perdre dans un océan de théories philosophiques d'une valeur douteuse."

Entres les chapitres plus descriptifs, on trouve des chapitres plus théoriques mais vraiment intéressants. Le chapitre "l'aide au développement intellectuel" présente de manière théorique le matériel sensoriel et son intérêt. Un chapitre entier traite de la leçon en 3 temps sous un jour rarement évoqué puisqu'il commence sur les leçons rapides sur les couples de qualités opposées (grand/petit, large/étroit, haut/bas...). Le langage et le calcul sont juste esquissés, l'écriture étant traitée principalement dans un chapitre intitulé "la liberté"! Mais partout, au détour d'une phrase, elle a l'art de placer la remarque importante qui fait mouche.

Bref, une lecture agréable, pas très longue, hélas! mais qui fait du bien.

Alors, on l'achète?

Oui, pourquoi pas! Si vous n'avez pas lu la pédagogie scientifique et que vous avez peu de temps, cette lecture est un bon condensé. Elle ne remplace pas l'Enfant et l'Esprit absorbant, selon moi, mais elle reste intéressante.
Le point négatif reste le prix: 18,90€ pour un livre de 166 pages - table des matières comprise- ça reste tout de même élevé, même si on peut comprendre que l'abondance des photos renchérisse le prix.
La bonne nouvelle, c'est que l'ouvrage existe en format kindle pour 13,99€. Si la lecture numérique ne vous gêne pas, ça peut être une bonne alternative pour profiter de cet ouvrage, certes pas indispensable, mais intéressant.

Et vous? Envisagez-vous d'acheter ce livre? L'avez-vous lu? Qu'en pensez-vous?

samedi 22 octobre 2016

Céline Alvarez est-elle révolutionnaire?

A moins d'avoir voyagé hors de France ces dernières semaines, vous ne pouvez pas ignorer que le livre de Cléine Alvarez est sorti. Après 3 ans d'expérience dans sa classe de Gennevilliers, que nous étions un bon nombre à suivre sur son premier site, l'annonce de sa démission en septembre 2014, la création d'un site dédié l'an dernier et un premier cycle de conférences à Paris, elle a publié le livre qui retrace son expérience sous le titre "Les lois naturelles de l'enfant".



Nous étions nombreux à attendre ce livre et après un boom médiatique très élogieux dans la plupart des grands médias nationaux, des voix dissonantes s'élèvent ici et là sur le net, réfutant l'intérêt de l'ouvrage et la portée même de son expérience.

Pourquoi ce livre provoque-t-il tant de remous? Et en quoi est-il un livre important qui peut vous aider dans votre pratique et amener enfin à changer les choses?
Essayons de comprendre.

jeudi 13 octobre 2016

12 conseils pour démarrer Montessori dans sa classe

La fin de la première période scolaire arrive. Avec les vacances, un certain nombre d'enseignants ont un peu plus de temps pour réfléchir à la manière de changer les choses dans leur pratique de classe.
Alors pour vous, lecteurs (lectrices) enseignant(e)s qui avez envie de passer progressivement d'un fonctionnement traditionnel à un fonctionnement inspiré de la pédagogie Montessori, voici 12 conseils avant de se lancer et pour les débuts.


1. Prenez le temps de vous documenter.


Maria Montessori disait que le plus difficile, pour pratiquer sa méthode, c'est le travail sur soi de l'adulte. C'est un travail qui prend du temps et qui se continue et s'approfondit même lorsqu'on a déjà commencé.



La première lecture que je vous recommande, ce sont bien sûr les ouvrages de Maria Montessori elle-même. Le premier tome de la "Pédagogie Scientifique", présente l'avantage de relater l'histoire de la méthode et de donner une vision de la progression et du matériel. Mais attention, Maria Montessori a toujours fait évoluer son matériel et son utilisation. Le livre montre donc une vue de la pratique déjà ancienne qui a bien évolué depuis sur certains domaines.







Le deuxième tome de la "Pédagogie scientifique", bien que sous-titré "éducation élémentaire" ne traite que très peu du 6-12. Il est un peu moins facile d'accès mais contient de précieuses informations sur le fonctionnement de l'enfant dans la classe Montessori et son rythme de travail.









"L'Esprit absorbant de l'enfant" me paraît incontournable. Il faut s'accrocher sur les premières pages, mais lorsqu'elle arrive aux étapes du développement de l'enfant, notamment sur la main et sur le langage, c'est passionnant. Les chapitres de la 2ème moitié du livre sont fondamentaux pour mieux comprendre rôle de l'adulte.









Si vous avez le temps, "L'enfant" est intéressant, mais l'essentiel des informations est déjà contenu dans les 3 premiers livres dont je vous ai parlé. L'enfant est un livre destiné à faire connaître la méthode de manière large.
Par contre, "De l'enfant à l'adolescent" est vraiment très intéressant pour comprendre comment la méthode se déroule après le 3-6 ans.

Tous les autres livres sont intéressants, mais vous n'avez pas besoin de les avoir tous lus avant de commencer.




Pour prolonger cette lecture, n'hésitez pas à vous plonger dans des lectures qui vous aideront à adopter la bonne posture avec l'enfant et mettre en pratique des outils de communication efficaces avec l'enfant.

jeudi 29 septembre 2016

Pourquoi je ne vous recommande pas "les petits Montessori".

Voilà un moment que Sylvie d'Esclaibes a fait son trou sur le net dans le monde montessorien. D'abord présente sur un simple blog relayant son expérience dans son école, elle s'est faite de plus en plus présente en lançant son organisme de formation, en parrainant de nouvelles écoles et maintenant en écrivant un livre sur son expérience et 4 petits cahiers aux éditions "La librairie des écoles".



Au moment de leur sortie, moult blogueuses ont reçu leurs exemplaires et les critiques ont été quasi unanimes (je n'ai moi-même trouvé qu'un seul blog qui n'adhérait pas vraiment).
N'étant plus directement concernée, j'ai commencé par me désintéresser des dits cahiers puis je me suis dit que si je voulais que le blog 3-6 demeure vivant, parler un peu des nouveautés 3-6 ans pourrait s'avérer utile.

J'ai donc pris le temps de les feuilleter longuement en librairie. C'est vrai que l'objet est joli, un petit format agréable, des illustrations toutes mignonnes, une couverture au toucher très agréable... J'en ai même acheté 2 pour retrouver plus facilement tout ce qui m'est venu à l'esprit en les feuilletant.
Voici donc listées ci-dessous les raisons pour lesquelles je ne vous conseille pas de vous lancer dans cet achat, même si ces cahiers sont effectivement vendus plutôt à prix doux (6,60€)

Mais pourquoi diable des cahiers?

La première objection qui me vient, c'est le concept même de cahier en pédagogie Montessori, et 3-6 ans, en plus. Sylvie d'Esclaibes doit bien savoir que le coeur même de la pédagogie Montessori, c'est la manipulation. Or on ne manipule pas avec un cahier.

D'ailleurs, elle le sait bien puisqu'elle nous dit en introduction: "Ces cahiers ne suffisent pas: les enfants de 3 à 7 ans, à qui ils sont destinés, ont besoin par ailleurs de manipuler, de sentir, d'explorer le monde par eux-mêmes. Le matériel sensoriel conçu par Maria Montessori est un élément essentiel de l'efficacité de sa pédagogie, et la collection Les petits Montessori n'a pas la prétention de s'y substituer."
Bien. Pourquoi vouloir faire ces cahiers, alors? Quel intérêt?  D'autant qu'un peu plus haut, elle nous dit que ces cahiers "servent de point de départ à la découverte des points fondamentaux de la pédagogie de Maria Montessori." Mais pourquoi un cahier comme point de départ?

Autant que possible, il nous faut trouver des supports concrets pour commencer, donc l'image (ce que l'on trouve dans ces cahiers), ne vient qu'en second temps.
Les objets concrets, que l'enfant peut toucher, manipuler, présentent également l'avantage d'offrir des possibilités d'activité quasiment illimitées et de satisfaire le besoin de répétition de l'enfant que ces cahiers n'offrent pas vraiment: le nombre d'exercices est très limité et ne remplace pas la variété que l'on obtient avec des objets et figurines.
Ces cahiers présentent donc des images (jolies), mais aussi beaucoup d'écrit. Pour le cahier "j'écoute les sons" qui reprend le jeu "je devine", l'enfant est constamment mis devant l'image de la lettre qui code le son. C'est vraiment dommage! Dans ce jeu, l'important, c'est de se focaliser sur le son pur sans référence à un symbole écrit. Ça viendra plus tard. Du coup, la différence entre "j'écoute les sons" (qui devrait être purement oral) et "j'associe les lettres aux sons" n'est pas assez nette.

Avoir un cahier, cela suppose d'avoir un crayon. Or, la main de l'enfant n'est pas prête au début du processus. La plupart des cahiers suppose que l'enfant entoure et relie des objets, donc trace des traits obliques. Soit l'enfant fait un effort pour obtenir des beaux traits propres et entraîne sa main pour un exercice contraire à l'écriture, soit on le laisse relier avec des traits très malhabiles, donc un cahier qui ne sera pas joli. Dommage!
Et que dire de l'idée ultra scolaire d'avoir un cahier? Cela me semble aller tellement aux antipodes de cette pédagogie! Quand on dit "cahier", on pense "programme". Un programme décidé à l'avance par l'adulte avec un certain nombre d'exercices pour chaque étape alors que c'est l'enfant qui fabrique lui-même son propre parcours à partir de ce que nous lui montrons et qui va y passer plus ou moins de temps. Bien sûr, dans l'introduction de chaque livre, Sylvie d'Esclaibes parle de liberté et de plaisir de l'enfant et du fait que chaque enfant est différent qu'il faut respecter l'enfant qui se désintéresse d'une activité et prolonger les activités auxquels il se montre sensible. Il n'empêche que le format en cahier risque d'inciter le parent peu habitué à cette pédagogie à pousser son enfant à aller au bout du cahier qu'il aura acheté. Et certains parents séduits par le côté "tout prêt" du cahier risquent d'avoir de la difficulté à prolonger les activités.

Enfin, je suis dubitative sur l'organisation même des cahiers qui mélange à la fois (bonnes) suggestions d'activités, (bons) conseils aux parents, citations de Maria Montessori (un peu aléatoires) et exercices proprement dits, le tout parfois sur une même page.

Voyons maintenant chaque cahier individuellement.